contact@etsup.com 01 44 16 81 81

Notre histoire

Accueil > L’ETSUP > Nous découvrir > Notre histoire

L’association des surintendantes d’usines et de services sociaux : une histoire engagée

Créée il y a plus d’un siècle, L’Ecole des Surintendantes d’Usines et de Services Sociaux a marqué l’histoire du travail social par son engagement militant.
L’école et l’association ont été créées en 1917 par cinq femmes militantes de l’action sociale et du mouvement féministe : Cécile BRUNSCHVICG, Henriette VIOLLET, Marie ROUTIER, Renée de MONTMORT et Marie DIEMER, soutenues par les Ministres Albert THOMAS et Léon BOURGEOIS.
L’association dite « des surintendantes d’usines » met en place, sur le modèle anglais des «Ladies Superintendantes », les premiers services sociaux d’entreprises pour répondre aux questions posées par l’arrivée massive des femmes et des enfants dans les usines d’armement.

L’association se fixe pour objectif central de former des surintendantes, profession qui se développe dans les grands établissements industriels et commerciaux et dans les organismes d’action sociale.
En 1990, l’Ecole, placée sous le contrôle du Ministère des Affaires Sociales et du Ministère de l’Education Nationale, devient l’ETSUP, école supérieure de travail social.
Elle a pour projet de qualifier les praticiens et les cadres de l’action sociale, de développer les compétences des professionnels et en particulier ceux qui œuvrent dans le champ de l’insertion, de l’emploi et de l’entreprise, de promouvoir la recherche et la production des savoirs en travail social.

TIMELINE

1917

Cinq femmes militantes de l’action sociale et du droit de vote des femmes
créent l’école des surintendantes d’usine et l’association des surintendantes de
France

1923

L’association gestionnaire est reconnue d’utilité publique

1932

Mise en place du Brevet professionnel d’Assistant de Service Social

1938

Création du diplôme d’état d’assistant de service social (DEASS) et du diplôme
de surintendante d’usine et de services sociaux

1939-1945

La directrice de l’école Jane Sivadon est arrêtée pour faits de
Résistance, comme plusieurs membres du personnel et élèves, dont Berty Albrech

1956

Ouverture de formation à la technique du Case-work, qui aboutira à la
formation de superviseur en 2006

1972

Première convention avec l’Université (Paris VII –Diderot)

1978

Ouverture de la formation DSTS qui laissera sa place au DEIS en 2006

1979

L’école lance ses premières activités de recherche

1984

Convention avec l’Université Paris X-Nanterre

1989

Ouverture de la formation CAFDES via l’ARIF, dont l’ETSUP est membre

1990

L’École des Surintendantes d’Usines et de Services Sociaux prend le nom
de ÉCOLE SUPÉRIEURE DE TRAVAIL SOCIAL – ETSUP

2002

Ouverture de la formation d’éducateur spécialisé

2004

Le diplôme de Surintendante devient Diplôme de Conseiller du travail, mention
travail social, ressources humaines

2009

Fusion avec le centre de formation Espace Enfance

2011

Ouverture de la formation d’éducateur de jeunes enfants

2018

Célébration du centenaire de l’école et de l’association sur le thème
“Travailleur social au XXIe siècle”

Les membres fondateurs

Cinq femmes engagées dans l’action sociale et dans le mouvement féministe sont à l’origine de la création de l’école, avec l’appui des Ministres Albert Thomas et Léon Bourgeois :
BRUNSCHVICG

Cécile BRUNSCHVICG, Présidente de la section « travail » du Conseil National des Femmes Françaises.

Diemer

Deux figures de la résistance

Albrecht

Bertie ALBRECHT, surintendante, animatrice avec Henri FRENAY du mouvement de résistance COMBAT, arrêtée et décédée en 1943, pendant son incarcération.

Jane SIVADON, Directrice de l’École, arrêtée Le 2 février 1942 comme membre du Comité Directeur du mouvement COMBAT pour la zone occupée.